03 20 00 00 02On vous rappelle

10 conseils pour un rachat de crédits certifié sans erreur

Parce que le rachat de crédit est une opération qui demande précision et rigueur, voici nos 10 conseils pour éviter tous pièges et erreurs et pour que votre rachat se fasse le plus rapidement possible.

rachat de crédit réussi

1- Faites un état des lieux de votre budget

Dans un premier temps, réalisez (seul ou avec une aide externe) un point détaillé de votre budget.

Pour cela, annotez toutes vos dépenses mensuelles et relevez les postes les plus lourds.

Différenciez les dépenses sur lesquelles vous pouvez faire un effort et celles que l’on appelle les dépenses « contraintes ». C’est-à-dire celles que vous subissez chaque mois sans ne pouvoir rien y changer. Il s’agit par exemple des dépenses liées au logement et des charges, de vos crédits bancaires.

Calculez ensuite la part représentée par l’ensemble de vos crédits. Si celle-ci est importante par rapport au reste, un rachat de crédit est d’autant plus conseillé.

2- Fixez-vous un objectif clair

Quelle est votre priorité ? Souhaitez-vous retrouver une souplesse dans la gestion de votre budget ? Faire face à un changement de vie ? Préparer votre retraite ? Financer des travaux, une voiture, un mariage… ?

En connaissant votre objectif, vous pourrez présenter plus clairement votre demande de rachat de crédit de manière.

En savoir plus sur le financement de projet par le rachat de crédit.

3- Préparez votre dossier de rachat de crédit

Rassemblez tous les documents qui serviront à étudier votre demande et classez-les dans des pochettes par nature :

  • fiches de paye,
  • feuilles d’imposition,
  • offres de prêt,
  • tableaux d’amortissement des différents crédits,
  • relevés de chaque compte bancaire,
  • pièces d’identité…

En étant organisé, vous aurez plus de facilité à remplir une formulaire de simulation avec précision et à préparer des copies de documents si nécessaire.

4- Choisissez un intermédiaire en opération de banque

Pour un rachat de crédit, le mieux est de sélectionner un intermédiaire professionnel qui saura présenter et étayer votre dossier auprès de l’établissement financier le mieux adapté à votre cas.

Vérifiez qu’il est mandaté par la plupart des établissements spécialisés, et non par un seul par exemple (pour augmenter les chances de votre dossier il vaut mieux avoir accès à l’offre la plus large), et qu’il a bonne réputation (la meilleure manière de faire est de demander l’avis d’anciens clients : sur Internet, regardez les témoignages de (vrais) clients et ce qu’on dit sur les forums par exemple).

Assurez-vous évidemment qu’il est bien inscrit à l’ORIAS s’il propose aussi l’assurance emprunteur, et qu’il est affilié à un syndicat professionnel reconnu par les pouvoirs publics (comme l’AFIB).

5- Testez sa capacité à vous écouter et vous répondre

Préparez une liste de questions et posez-les à votre interlocuteur. La clarté et la précision de ses réponses, sa franchise et sa transparence, sa capacité à trouver les réponses doivent vous rassurer. Fuyez les personnes évasives, embrouillées dans leurs explications ou qui ne vous écoutent même pas.

6- Ne confiez pas les originaux à un démarcheur à domicile

Ne confiez pas les originaux de vos bulletins de salaire, avis d’imposition et relevés bancaires à un démarcheur à domicile à sa première visite, sous le prétexte fallacieux d’une simulation : il risquerait de vous les « confisquer » le plus longtemps possible pour vous empêcher de faire appel à un concurrent. Fournissez au besoin de simples copies dans un premier temps.

7- Répondez rapidement aux demandes de votre interlocuteur

Une fois un interlocuteur de confiance choisi, jouez le jeu et répondez le plus rapidement possible à ses demandes de renseignements ou pièces complémentaires à fournir.

Demandez également à votre interlocuteur de jouer le jeu et de vous tenir régulièrement informé.

8- Obtenez par écrit les coûts précis liés à l’opération

Dès le premier entretien, demandez quels seront les coûts et frais liés à l’opération. Si vous n’obtenez pas de réponse ou qu’on vous répond qu’il n’y aura aucun coût, aucun frais : fuyez. Le « tout gratuit » n’existe pas et la personne manque de transparence. Vous risquez d’autres déconvenues plus tard dans votre dossier et il sera trop tard pour changer. Si on vous donne des chiffres, demandez qu’on vous les confirme par écrit.

9- Ne cachez rien et n’oubliez rien

N’omettez pas, volontairement ou non, un prêt existant, un compte bancaire, même peu utilisé, de dépenses exceptionnelles…

Le risque est simplement que votre dossier soit refusé et bloqué dans tous les établissements pour plusieurs mois, voire définitivement non étudiable si l’on pense que vous êtes de mauvaise foi. Fournissez au contraire les explications à tout ce qui semble sortir de l’ordinaire, pour aider votre interlocuteur à rédiger une note de présentation claire et étayée pour l’établissement financier retenu.

10- Ne versez aucune somme avant la mise à disposition des fonds !

La loi vous protège et crée une obligation de résultat pour votre interlocuteur professionnel du rachat de crédit : il ne doit ni ne peut vous réclamer aucun versement d’aucune sorte tant que le nouveau prêt n’est pas débloqué.

L’étude est gratuite et sans engagement. Vous ne payez son travail qu’à la réussite !

Laissez-nous votre téléphone, nous vous rappelons !


Nous sommes en train de vous appeler...