Keyliance - Simulation de rachat de crédit
Envie d’une piscine privée ? Keyliance vous donne toutes les clefs.

Piscine privée : Les français se jettent à l’eau !

Alice Motte
mis à jour le 03/09/2021

Sommaire

Sommaire

Keyliance le spécialiste du budget des ménages et du rachat de credit en Métropole et dans les DROM (Martinique, Guadeloupe, Réunion, Guyane) fait le point sur les différents types de piscine (hors sol, semi-enterré, enterré, bassin naturel ou écologique), leur entretien, la réglementation, sans oublier leur financement.

Un marché en plein boom

L’année 2020 a été marquée d’une part, par son lot de confinement à domicile et de départs en vacances avortés en raison de la crise sanitaire et d’autre part, par trois vagues de chaleur durant l’été dont une particulièrement sévère dans le Nord de la France. Il n’en fallait pas plus pour pousser les Français à l’eau ! C’est ainsi que durant l’année 2020-2021 la barre des trois millions de piscines particulières a été franchie dans l'hexagone faisant de la France le champion Européen et le numéro deux mondial derrière les Etats-Unis de la piscine privée.

Depuis la fin du premier confinement, le carnet de commandes des constructeurs ne désemplit pas et pour cause, les commandes ont fait un bond de 28 % par rapport à 2019, ce qui représente près de 197.000 piscines livrées. Une flambée des livraisons surtout portée par les piscines hors-sol (+126.000). Stéphane Figueroa, président de la Fédération des professionnels de la piscine (FPP) a indiqué dans les colonnes du Monde début juillet 2021 que le chiffres des 200.000 piscines livrées par an ne sera pas atteint avant la fin de l’année « car l’outil industriel ne suit pas » la demande.

Des piscines pour tous les goûts et budgets

Il y a autant de piscines que d’acheteurs… nous vous proposons de passer en revue les différents types depuis la piscine hors-sol, économique, facile à entretenir et de faible encombrement jusqu’au bassin naturel qui apporte esthétisme, espace de détente zen et authenticité.

La piscine hors-sol : Économie et simplicité de montage sont les mots les plus appropriés pour qualifier la piscine hors-sol. Acquérable à un prix défiant toute concurrence, ce modèle attire de plus en plus les particuliers. Il existe divers types de piscines hors sol, plus ou moins solides et durables ( démontables ou à monter en kit). Keyliance vous aide à faire le bon choix.

Les piscines hors-sol, démontables présentent un aspect très pratique : dès que les beaux jours reviennent, on l’installe et dès que la saison n’est plus propice à la baignade on la démonte et on la range. Plus besoin de mettre la piscine en hivernage. On distingue 2 types principaux de piscines démontables :

La piscine hors-sol gonflable : C’est la piscine hors-sol la moins onéreuse (fourchette de prix comprise entre une dizaine et une centaine d’euros) et la plus facile à installer. Munissez-vous d’un gonfleur de piscine pour la remplir d'air et en quelques minutes le tour est joué, elle est remplie et la baignade peut commencer. Elle est disponible en divers modèles (rondes, ovales rectangulaires) et en différentes tailles. L’inconvénient est que la piscine hors-sol gonflable est qu’elle est peu résistante aux gestes brusques et quelques coups peuvent suffir à l'abîmer. Il faut donc faire attention si vous avez de jeunes enfants adeptes des jeux aquatiques turbulents.

La piscine hors-sol autoportante ou piscine autoportée peut être rattachée à la gamme des piscines gonflables. En effet, pour installer une piscine autoportante, il suffit de gonfler le boudin autour de la piscine et une fois cette étape réalisée, il faut remplir la piscine d’eau (ce qui va prendre plusieurs heures). La piscine au fur et à mesure qu’elle se remplit va prendre forme. C’est un des modèles de piscine les moins coûteux, puisqu’on le trouve à partir de 100 euros (pour un produit d’entrée de gamme).

Les piscines en kit ont l'avantage d'être moins fragiles et d'être plus confortables que les piscines gonflables, tout en restant accessibles financièrement. Il existe deux gammes de piscine en kit : la piscine tubulaire et la piscine hors sol en kit. La piscine tubulaire qui peut s’apparenter à une piscine hors-sol autoportante car son bassin est composé d’un liner en PVC. Mais à la différence de la piscine autoportée, des tubes en acier soutiennent le bassin de la piscine tubulaire et assurent la rigidité de sa structure, ce qui la rend bienplus solide qu'une piscine gonflable classique. Elle prend généralement la forme d’un rond, d’un rectangle ou d’un ovale et peut mesurer jusqu’à 10 mètres de longueur. Pour acquérir une piscine tubulaire, il faut prévoir un budget de 200€ (pour un produit d’entrée de gamme) tandis qu’un modèle plus élaboré coûte environ 6 000 €. La piscine hors-sol en kit dite rigide est équipée de panneaux (en acier, en résine, en aluminium, en béton, en bois, en bois composite) et d’un liner pour assurer l'étanchéité du bassin. Cousine de la piscine enterrée : elle est faite pour durer, mais elle reste moins onéreuse et demande moins de travaux. Elle peut être un bon compromis pour le particulier qui souhaite installer une piscine de façon durable sans avoir affaire à de grands travaux de terrassement et d’aménagement. Par contre, elles demandent un budget plus conséquent : on peut trouver des kits en entrée de gamme à partir de 1 000€ et la fourchette de prix s’étend jusqu'à 10 000€.

La piscine semi-enterrée : La piscine semi-enterrée est composée d’une partie hors-sol et d’une partie enterrée. Elle est particulièrement utile pour les terrains en pente car la structure en aluminium ou en bois, compense bien les potentiels glissements de terrain. L'esthétisme de la réalisation est un autre avantage indéniable puisque la margelle est généralement constituée de panneaux en bois ou de composite permettant une belle intégration avec l’environnement extérieur de l’habitation. Elle présente de plus un avantage sécuritaire, puisqu’il est peu probable de tomber dans une piscine semi enterrée, même si le risque est toujours présent. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, il demeure indispensable de faire équiper la piscine d’un dispositif de sécurité. Par contre le prix d’une piscine semi-enterrée est plus élevé que celui d’une piscine hors-sol. Certes on trouve des modèles à partir de 1 000 € mais en règle générale les prix tournent autour de 15 000 €. En fonction de la qualité des matériaux, des dimensions de la piscine et des aménagements complémentaires (marches, plage de piscine), les prix peuvent grimper jusqu'à 30 000 €.

La piscine enterrée : La piscine enterrée est clairement l'image d’Épinal que l’on se fait de la piscine privée. C’est la piscine la plus confortable, et celle qui peut être représentée dans le plus grand nombre de formes (piscine carrée, piscine rectangulaire, piscine en haricot ou ovale, couloir de nage, etc.) et de configurations différentes (avec ou sans margelles, éclairage du bassin, terrasse en bois de pin rouge ou gazon synthétique etc…). Mais faire construire une piscine creusée nécessite de faire de nombreux investissements à la fois personnels mais aussi financiers. En effet, c’est une gamme de piscine qui nécessite beaucoup de travaux et la fourchette de prix pour pouvoir faire construire ce type de modèle s’étend entre 15 000 € et 100 000 €. Sans oublier qu'au-delà du coût des travaux de réalisation, il y a aussi les taxes et les impôts que vous devrez payer une fois la construction de la piscine creusée terminée. En effet, partie intégrante du patrimoine immobilier, la piscine creusée est soumise à une taxe d'aménagement, à la taxe foncière et par extension à la taxe d'habitation.

Le bassin naturel : Une piscine bio dans votre jardin. Rolls des piscines , la piscine naturelle aussi appelée piscine biologique se retrouve de plus en plus dans les jardins des Français. Mais en quoi consiste-elle exactement ? Pour ce type de piscine, le particulier utilise les capacités auto-épuratrices des écosystèmes aquatiques afin de maintenir la qualité de l’eau sans avoir à utiliser de produits chimiques. La piscine biologique est composée d’une eau (eau de pluie, de rivière ou issue d’un pompage) épurée par un système de lagunage. Le lagunage est un système naturel d’entretien du bassin assuré d’une part par des micro-organismes ( bactéries et animaux ) qui transforment les déchets organiques de l’eau en nutriments assimilables par les plantes et d’autres part par des végétaux tels que des plantes oxygénantes qui contribuent au développement des micro-organismes en approvisionnant constamment le bassin en oxygène et en permettant à ces derniers de respirer. Une fois l’écosystème créé, il n’y a plus besoin de changer d’eau et ainsi les piscines écologiques contribuent à la préservation des ressources hydriques. Par contre son coût de construction est plus élevé que pour une piscine traditionnelle, puisqu’il faut compter entre 20 000 € à 50 000 €. et les micro-organismes qui peuplent le bassin demandent de plus une attention particulière. Par exemple, il est conseillé de ne pas s’y baigner avec une crème solaire chimique qui, en restant en suspension à la surface du bassin, peut provoquer la destruction des organismes présents dans l’eau et ainsi endommager l'écosystème créé. Il faudra donc lui préférer une crème solaire minérale.

A l’instar des piscines traditionnelles, les bassins naturels de baignade sont imposables à la taxe foncière sur les propriétés bâties ainsi qu'à la taxe d’habitation (éléments d'agrément bâtis formant dépendance) dès lors qu'ils constituent des éléments bâtis au sens de l’article l'article 1380 et 1381 du Code Général des Impôts.

Enfin il existe des modèles de piscine de très petites tailles (la surface du plan d'eau doit être inférieure ou égale à 10m²) ne nécessitant pas d'autorisations administratives sauf en présence d’un site classé. On les appelle aussi les “Bac à Punch” dans les départements d'outre mer (Martinique, Guadeloupe ou Réunion).

L’entretien de la piscine

Pour entretenir les eaux de la piscine, à l’exception des bassins naturels, deux sortes de traitements sont envisageables : le sel ou le chlore. Chacun de ces deux types d'entretiens présentent des avantages et des inconvénients.

Le traitement au sel : L’eau de la piscine désinfectée au sel se démarque sur de nombreux aspects aussi bien positifs que négatifs par rapport à une eau désinfectée au chlore.

3 avantages majeurs d’une piscine au sel :

  • Une santé mieux protégée : Le sel contrairement au chlore n’est pas un produit chimique. Il élimine donc toutes traces de bactéries nuisibles aux baigneurs sans risque d’irritation, d’allergies ou de nausées comme peut le provoquer le chlore. De plus, il est inodore, ainsi que moins agressif pour les maillots de bain et les accessoires de piscine, que le chlore.
  • Respect de l’environnement : Le caractère naturel du sel fait qu’il ne pollue pas la piscine, ce qui la rend écologique. Et lorsqu’il est nécessaire de procéder à la vidange du bassin, il n’y a plus à se soucier de devoir, au préalable, purifier l'eau de tout produit chimique.
  • Entretien simplifié : La piscine au sel fonctionne avec un électrolyseur qui transforme en continu les molécules de sel en molécules de chlore. Autrement dit, les molécules de sel deviennent des molécules de chlore qui redeviennent ensuite des molécules de sel sous les rayons UV du soleil. Ainsi grâce à ce système cyclique, l’entretien de la piscine est facilité puisque le réapprovisionnement en sel est bien moins fréquent. En outre, comme le chlore naturel produit par l’électrolyseur est un puissant oxydant-désinfectant, qui protège la piscine de tous les micro-organismes, l’application d’un traitement anti-algues n’est plus nécessaire.

3 inconvénients de la piscine traitée au sel :

  • Le coût élevé : Le coût global d’une piscine au sel est globalement plus onéreux qu’un bassin traditionnel traité au chlore pur. C’est l’électrolyseur, qui est particulièrement coûteux, plus que le sel en lui-même. En effet, il faut compter au minimum 400 euros pour acquérir le modèle bas de gamme et les prix grimpent jusqu'à 3000 euros pour les modèles les plus performants.
  • La corrosion : Le sel est un produit corrosif et s’attaque au matériel de piscine et plus particulièrement à l'électrolyseur si ce dernier n’est pas équipé d’un dispositif auto-nettoyant.
  • Le niveau de PH augmenté : La présence du sel dans la piscine fait très rapidement augmenter le PH du bassin, si bien que le particulier doit vérifier régulièrement son niveau pour l'adapter en cas de besoin ou, pour plus de tranquillité, se doter d'un régulateur de pH.

Le traitement au chlore : radicalement différent du traitement au sel, le chlore ne présente pas que des désavantages, loin de là, il a aussi ses bons côtés.

3 avantages majeurs d’une piscine au chlore :

  • Un produit extrêmement efficace : Le chlore possède des propriétés désinfectantes et bactéricides exceptionnelles : bactéries, champignons, algues, rien ne résiste à un galet de chlore. Une fois traitée, l’eau est claire et propre.
  • Un produit économique : Utiliser un traitement au chlore fait moins mal au porte-monnaie, puisqu’il n’y a pas à investir dans un électrolyseur. En outre, les piscines de chlore sont moins gourmandes en électricité.
  • Facilité d’utilisation : Le chlore est très simple d’utilisation : il suffit de placer les galets de chlore dans les skimmers du bassin. Petit à petit, ils vont se dissoudre et tuer les bactéries grâce à leurs pouvoir oxydant et désinfectant. Il suffit de réitérer le traitement une à deux fois par semaine en fonction de la fréquentation de la piscine et du nombre d’heures de filtration.

3 inconvénients d’un traitement au chlore :

  • C’est un produit toxique : L’utilisation du chlore nécessite d'être très précautionneux. En effet, le risque d’empoisonnement par inhalation de ce produit chimique n’est pas nul. Il est ainsi recommandé de le stocker hors de portée des enfants et des animaux dans un endroit fermé à clef, ventilé et sec. Il est aussi conseillé d’utiliser des gants lors de la manipulation du produit afin d’éviter toute brûlure cutanée.
  • De nombreux effets nocifs d’un excès de chlore sur la santé : Le chlore peut irriter la peau, les muqueuses, ainsi que les voies respiratoires des enfants et des personnes vulnérables. Il est aussi connu pour rendre les yeux rouges. Enfin le chlore peut décolorer les cheveux s’il n’est pas rincé correctement.
  • C’est un produit odorant : Le chlore dégage une odeur assez forte dès qu’il entre en contact avec les déchets organiques présents dans l’eau (peaux mortes, sueur, urine, etc.).

Comment financer votre piscine ?

La première solution qui vient à l’esprit lorsque l’on veut financer sa piscine c’est de s’appuyer sur l’épargne accumulée tout au long des années. Cependant, il existe d’autres possibilités pour financer sa piscine : le crédit à la consommation, le crédit immobilier ou le rachat de crédit avec ou sans garantie. Keyliance le spécialiste du budget des ménages et du rachat de crédit en Métropole et dans les DROM (Martinique, Guadeloupe, Réunion, Guyane) vous détaille les types de financement proposés.

Pour les projets de faibles montant et jusqu'à 6 000€ nous vous recommandons d’avoir recours à votre épargne car les crédits proposés pour ces montants/projets, généralement des crédits renouvelables sont à taux élevés.

Pour les projets de taille moyenne de 10 000€ à 40 000 €, vous pouvez avoir recours aux crédits à la consommation encore appelés prêts personnels affectés. Nous vous conseillons de solliciter plusieurs organismes de crédit pour obtenir le meilleur taux pour votre projet comme SOFINCO, CETELEM (ou CREDIT MODERNE à La Réunion, Martinique, Guadeloupe), COFIDIS, ONEY… voire votre banque afin de faire le bon choix. Attention, 2 points à vérifier avant de vous lancer : le TAEG (Le taux annuel effectif global - TAEG - appelé jusqu'en 2016 taux effectif global ou TEG - c'est le taux qui prend en compte la totalité des frais occasionnés par le prêt) et le coût de l’assurance associée. Si les taux sont généralement compétitifs, les établissements se rattrapent sur l’assurance emprunteur. Bon à savoir, elle n’est pas obligatoire et vous pouvez lui préférer une délégation extérieure d’assurance moins chère et tout aussi sécurisante. Pour les grandes piscines semi-enterrées ou enterrées ainsi que les bassins, si votre projet dépasse les 75 000€, il n’y a pas à hésiter, c’est avec un crédit immobilier que vous obtiendrez le meilleur taux et la durée de remboursement de 7 à 15 ans vous permettra de lisser le coût de votre projet le rendant de fait indolore pour votre budget.

Dernière solution, vous avez déjà un ou plusieurs crédits, vous êtes fonctionnaires, salariés ou retraités ? alors nous vous recommandons d’étudier la possibilité de faire un rachat de crédit à la consommation, meilleure solution pour lisser le coût de votre projet dans la durée tout en bénéficiant des meilleurs taux.

La réglementation de la piscine

Vous pouvez installer ou faire construire une piscine privée dans votre jardin sous réserve de respecter les règles de mitoyenneté. Au-delà d'une certaine surface et en fonction des caractéristiques de la piscine (piscine hors-sol ou non, construction d'une piscine avec son abri, construction d'un abri sur une piscine existante, hauteur de cet abri ....), des autorisations peuvent être nécessaires. La finalité de ces autorisations est de tenir à jour le cadastre, base de la fiscalité directe locale (taxe foncière, taxe d’habitation et taxe d'aménagement). La construction de la piscine peut donc entraîner une hausse des impôts locaux.

De plus, dans tous les cas, vous êtes tenu d'équiper votre piscine de dispositifs de sécurité visant à prévenir les risques de noyade. Malgré tout, chaque année plusieurs centaines d’accidents sont à déplorer.

Quelles sont ces différentes démarches ?

S’il s’agit d’une piscine enterrée ou semi-enterrée sans abri : Si votre bassin mesure moins de 10 m², il n'est pas nécessaire de demander une autorisation (déclaration préalable de travaux ), sauf si la piscine est située en zone protégée (périmètre d'un site patrimonial, abords d'un monument historique, secteur sauvegardé, site classé ou en instance de classement). Si votre bassin mesure entre 10 m², et 100 m², une déclaration préalable de travaux (DP) est exigée. Si votre bassin mesure plus de 100 m², un permis de construire est obligatoire.

S’il s’agit d’une piscine accompagnée d’un abri : Si votre bassin mesure jusqu'à 10 m², comme précédemment, il n'est pas nécessaire de déposer une déclaration préalable, sauf si la piscine est située en zone protégée (périmètre d'un site patrimonial, abords d'un monument historique, secteur sauvegardé, site classé ou en instance de classement). Si votre bassin mesure entre 10 m², et 100 m², une autorisation est nécessaire si l’abri mesure moins de 1,80 m de haut. Un permis de construire est obligatoire pour les abri mesurant plus de 1,80 m de haut. Si votre bassin mesure plus de 100 m², un permis de construire est obligatoire.

Pour la construction d’un abri sur une piscine existante. Une autorisation est nécessaire si l’abri mesure moins de 1,80 m de haut et un permis de construire est obligatoire pour les abri mesurant plus de 1,80 m de haut. L'abri doit respecter des normes de sécurité.

Pour les piscines hors-sol (gonflable ou en kit par exemple). L’exigence d’une autorisation va dépendre de la durée d’installation de la piscine hors-sol (plus ou moins de 3 mois par an ) et de la surface du bassin. Si l'installation dure 3 mois maximum par an, Il n'est pas nécessaire de demander une autorisation (déclaration préalable), sauf si la piscine est située en zone protégée (périmètre d'un site patrimonial, abords d'un monument historique, secteur sauvegardé, site classé ou en instance de classement) dans ce cas la durée de l’installation est ramenée à 15 jours.

Si votre installation est prévue pour une durée supérieure à 3 mois par an (plus de 15 jours en zone protégée). c’est la même réglementation que pour les piscines classiques qui s’applique c’est à dire que pour un bassin jusqu'à 10 m², il n'est pas nécessaire de demander une autorisation, sauf si la piscine est située en zone protégée (périmètre d'un site patrimonial, abords d'un monument historique, secteur sauvegardé, site classé ou en instance de classement). Si votre bassin mesure entre 10 m², et 100 m² vous devrez faire une déclaration préalable de travaux. Et, si votre bassin mesure plus de 100 m², il vous faudra obtenir un permis de construire.

Attention, les règles locales d'urbanisme peuvent imposer des restrictions spécifiques et il peut donc être intéressant de consulter le service de l'urbanisme de la mairie.

Pour vivre heureux, vivons cachés

Vous pensez pouvoir vous affranchir de ces modalités et passer inaperçu ? Détrompez-vous, le fisc vient en effet de recevoir le feux vert, à titre expérimental et pour une période de trois ans, pour collecter et exploiter des données publiques librements accessibles sans mot de passe sur Facebook, LinkedIn, Twitter, etc., ou sur des sites tels que Airbnb, Leboncoin ou autre Blablacar . Le décret détaillant les modalités de mise en œuvre de ce dispositif vient d’être publié au journal officiel, accompagné des commentaires de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL ). De plus, dans le cadre de son projet «Foncier innovant» piloté par la direction générale des finances publiques (DGFIP) et sous-traité par société de conseil Capgemini, le fisc va recourir aux technologies innovantes d'intelligence artificielle et de big data pour enrichir et améliorer la fiabilité des bases de la fiscalité directe locale à partir des prises de vues aériennes de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN)» et librement accessible via google map. Elles lui permettront d'extraire depuis ces prises de vues les contours des piscines et bâtiments pour vérifier s'ils sont répertoriés dans les bases des impôts directs locaux et correctement imposés. À défaut, le propriétaire du bien sera bien évidemment invité à régulariser sa situation.
Pour vivre heureux, vivons cachés... l’expression n’a jamais été aussi vraie
.

Le saviez-vous ?

Il est possible de louer la piscine de votre voisin à partir d’une application. A l’instar d’Airbnb pour la location de logement, de plus en plus de sites internet et d’applications se spécialisent dans la location de piscine avec ou sans jardin à la journée pour une fête d’anniversaire en famille, un moment de détente entre amis ou pour un temps de convivialité entre collègues. C’est ainsi qu’a été lancée en juillet 2016, l’application Swimmy, une plateforme qui met en relation des propriétaires de piscines privées et des personnes désireuses de louer ce type de bien. Pour une demie-journée de rafraîchissement, les tarifs varient généralement de 10 à 45 euros par personne.

Besoin d'un rachat de crédits ?

Simulez rapidement votre financement,
gratuit et sans engagement !

Simulation rapide

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.